COMMUNIQUÉ DE GABSOLI


Des Jeunes d'une École secondaire de Sherbrooke découvrent le Gabon !

Dieudonné Toumbidi-Maramba(1), Franklin Assoumou Ndong(2)

Sherbrooke, 13 mai 2003

Un groupe d'élèves de première année du secondaire de l'École du Triolet ont vécu une expérience unique et exceptionnelle le lundi 12 mai dernier de 13h00 à 14h30 au sein de leur classe, en recevant les représentants de l'organisme Gabon Solidarité Internationale (GABSOLI). Le but de la visite s'inscrivait dans la perspective du Projet-pilote «Rencontre Jeunesse Gabon-Estrie» développé par GABSOLI et dont l'objectif principal est de favoriser le développement des relations solidaires et durables entre les jeunes du Gabon (pays d'Afrique centrale de 1.2 million d'habitants) et de l'Estrie.

En effet, grâce à leur enseignante, madame Catherine Couture, qui a développé le contact avec les représentants de GABSOLI, les élèves se sont informés sur le continent africain, en particulier le Gabon. Cette initiative s'inscrivait dans le cadre des activités scolaires du Triolet visant à mieux faire connaître les pays de la Francophonie aux élèves. L'activité s'est déroulée en classe avec les élèves. Une première phase de l'activité était axée sur le visionnage d'une cassette vidéo sur le Gabon présentant le système politique, l'économie, le social et le culturel. Les élèves avaient aussi visionné une cassette vidéo présentant des danses traditionnelles du Gabon, notamment le Tandima. Cette première phase avait pour but de «piquer» la curiosité des jeunes avant que ces derniers ne rencontrent les représentants de GABSOLI quelques jours plus tard. Lors de la deuxième phase de l'activité, les représentants de l'organisme Gabon Solidarité Internationale (MMM. Franklin Assoumou Ndong, Dieudonné Toumbidi-Maramba et Jean-Marc Nkoghé) sont allés faire un exposé sur le Gabon. Au cours de celui-ci, ils sont revenus sur l'ensemble des aspects contenus dans la cassette vidéo de façon détaillée, en plus de présenter des images diverses sur le Gabon avec un projecteur numérique et le logiciel Power Point comme support.

Sur la photo, on aperçoit à gauche, Franklin Assoumou N.
et à droite, Dieudonné Toumbidi-Maramba

Présentation Gabon au Triolet 1

Une série de questions-réponses a également marqué cette rencontre. C'est d'ailleurs celle-ci qui a permis aux jeunes de se faire une idée plus réaliste et juste de l'Afrique et de la culture gabonaise. Comme disait un jeune: «Je ne savais pas qu'en Afrique il y avait des infrastructures, une vie moderne comme ici. Je pensais que les gens y vivaient encore sur les arbres ! Il y a des problèmes en Afrique, mais aussi des bonnes choses». Bien plus, les jeunes ont porté un regard attentif sur le système scolaire gabonais, lequel leur paraissait assez complexe. Par exemple au Gabon, au niveau primaire, arrivé au Cours Moyen 2e année (CM2) (équivalent de la 6ème année au Québec), l'élève est amené à passer des examens d’obtention d’un diplôme dénommé C.E.P.E (Certificat d'Etude Primaire et Élémentaire) et un Concours d'entrée en 6ème (ou 1ère année du secondaire selon le système québécois). Autrement dit, au Gabon, l'accès au secondaire est conditionné par la réussite de ce concours national organisé par le Ministère de l'Éducation. Ce qui n’est pas le cas au Québec qui a un système scolaire relativement différent. À titre d’exemple, il n’y existe pas d’examen de passage entre le primaire et le secondaire. Selon les commentaires recueillis auprès de l'enseignante, les jeunes ont beaucoup aimé cette expérience qu'ils jugent enrichissante et formatrice. Le fait de rencontrer des personnes de cultures différentes directement leur donne l'opportunité de comprendre la mentalité, les modes de vie, les coutumes et les traditions, afin d'établir une meilleure communication interculturelle et favoriser l'émergence d'un esprit d'ouverture sur le monde.
Présentation Triolet, Franklin & Jean-Marc

Sur la photo, on aperçoit à gauche Franklin Assoumou N. et à droite, Jean-Marc Nkoghé, sous l'oeil vigilant et l'oreille attentive d'un élève.






Pour les représentants de GABSOLI, cette expérience est une réussite totale dans la mesure où les jeunes ont manifesté un intérêt particulier à la culture gabonaise et fait part d'une grande attention tout le long des présentations. Pour ce faire, ils tiennent à remercier l'enseignante, madame Catherine Couture, l'animatrice Valérie Beaulieu pour le contact établi, sans oublier les élèves, lesquels ont permis à Gabon Solidarité Internationale d'atteindre un des objectifs de son projet-pilote. Partant, l'organisme encourage d'autres enseignants, d'autres écoles ou d'autres organismes de Sherbrooke oeuvrant avec les jeunes à organiser avec nous ce genre d'activités pour les jeunes afin que ces derniers puissent découvrir d'autres lieux et espaces culturels et s'ouvrir au monde.

Veuillez noter que, croyant à l'importance d'aller vers les autres, notamment les jeunes, les représentants de GABSOLI ont entrepris cette initiative tout à fait spontanément et bénévolement, sans aucun soutien financier.

(1)Vice-président secrétaire de GABSOLI

(2)Président de GABSOLI

Les représentants de GABSOLI et le groupe d'élèves à la fin de la présentationLes représentants de GASBOLI et le groupe d'élèves du Triolet à la fin de la présentation.







Retour à la page d'accueil de GABSOLI